BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX

D’après le livre de David Foster Wallace

Adaptation et mise en scène de Guillaumarc Froidevaux

En partageant ce qu’il y a d'inavouable dans ce qu’ils sont, rêvent ou pensent, ces hommes explorent leurs ambiguïtés, leurs fantasmes, délires ou questionnements. Leur violence ou leur trouble ne nous sont pas étrangers. 

“Découvrir que même choisir d’avoir un nom est une question de choix, même choisir de ne pas être qu’une machine programmée à avoir différentes réactions aux différentes choses qu’ils te font quand elles leur viennent, pour passer le temps jusqu’à ce qu’ils en aient marre et qu’à partir de là c’est ton problème, chaque seconde, et si je te disais que ça m’était arrivé à moi?”
David Foster Wallace, Brefs entretiens avec des hommes hideux, n°46

Cinq hommes. De brèves rencontres avec l’inavouable. Le leur. Le nôtre. Obsessions excentriques. Expérimentations sinistres. Contradictions délibérées. Dérives. Regards croisés, inversés, indécents. Il ne s’agit pas d’une rencontre avec des hommes remarquables. Plutôt d’une attirance pour ces textes de David Foster Wallace qui interpellent parce qu’ils disent ces situations de déséquilibre qui mettent l’homme à nu et lui rendent sa fragilité malgré sa force et sa cruauté apparente. Ces hommes dits « hideux » dévoilent leur monstre et questionnent ainsi une part trouble de l’humain.

 

Brefs entretiens avec des hommes hideux est un recueil de nouvelles dont certaines donnent la parole à des hommes révélant la part sombre de leur personnalité, parfois tragiquement drôle, parfois effrayante voire carrément dérangeante, mais toujours si tristement banale et proche. Des paroles directes, franches, adressées et humainement troublantes. En partageant ce qu’il y a d'inavouable dans ce qu’ils sont, rêvent ou pensent, ces hommes explorent leurs ambiguïtés, leurs fantasmes, délires ou questionnements. Leur violence ou leur trouble ne nous sont pas étrangers, et il vaut mieux savoir qu’ignorer, exposer que cacher. Les écouter n’est pas les accepter, mais les entendre, les reconnaître. La présente adaptation inclut cinq de ces nouvelles. Au plus proche de l’écriture de Wallace, ces paroles sont adressées dans un rapport de proximité, confiées, sans distance, sans jugement, sur le fil sensible d’un trouble partagé. 

 

Les textes sont montés en une suite de monologues interprétés par cinq hommes. Ce montage sans « complications » permet une évolution brute du discours. Les codes et l’adresse changent d’une nouvelle à l’autre afin de faire avancer le propos à plusieurs niveaux. Il s’agit d’une parole directe, crue, sans illusion ou faux semblant. Rien n’est vrai, et le corps des acteurs doit l’affirmer. Wallace ausculte, décrit des inconscients exposés sans masques, lorsque le désir se perd, lorsque l’intimité hésite ou surchauffe. Le dispositif théâtral et l’interprétation cherchent un lieu leur permettant de se dévoiler. Ainsi les personnages évoluent dans un espace invitant à la confidence par la proximité, plutôt qu’à la démonstration, ou l’exhibition, que pourrait induire une scène plus conventionnelle. 

 

Guillaumarc Froidevaux

Texte: David Foster Wallace

Adaptation et mise en scène :Guillaumarc Froidevaux
Interprétation : Bastien Hippocrate, Arnaud Huguenin, Pépin Mayette, Guillaume Miramond et Antoine Zivelonghi
Scénographie : Neda Loncarevic
Assistanat : Racha Baroud
Chorégraphies : Zuzana Kakalikova
Lumières : Robin Dupuis et Guillaumarc Froidevaux
Administration : Mariana Nunes

Production: Compagnie TDU

Co-production: Théâtre Vidy-Lausanne, HETSR La Manufacture

 

Avec le soutien de: la Loterie Romande, République et Canton du Jura, Canton de Vaud, Pourcent Culturel Migros, Société Suisse des Interprètes, Fondation Jan Michalski.

Tournée:
SAS, Delémont : 06.04.2020 20h00
Théâtre du Grütli, Genève : 10.01.2020 19h10
Théâtre du Grütli, Genève: 11.01.2020 20h00
Théâtre Vidy-Lausanne : 31.01.2019 19H00
Théâtre Vidy-Lausanne : 01.02.2019 21H30
Théâtre Vidy-Lausanne : 02.02.2019 15H00